12 astuces pour créer son poulailler urbain

Si votre jardin est situé en ville, vous disposez souvent de peu de place et mener un élevage parait impossible... Et pourtant l'élevage de poules bio est possible à très petite échelle ! 

Voici donc 12 astuces pour assurer le bien-être de ces petits animaux tout en respectant l'environnement, basées sur mes expériences d'accompagnement à la mise en place de plusieurs poulaillers collectifs à Rezé (Loire-Atlantique).

Astuce n°1 : choisir une race adaptée et à la bonne taille

Première chose à établir : quel est votre objectif premier ? 

En fonction de celui-ci, vous pourrez choisir une race adaptée, sachant qu'il existe environ 40 races traditionnelles en France et plus de 200 dans le monde.

On distingue :

  • les races pondeuses, pouvant pondre environ 200 oeufs par an pour les meilleures races traditionnelles et 300 oeufs par an pour les "poules rousses" issues des travaux de sélection menées à partir de la moitié du 19ème siècle

  • les races à chair, sélectionnées pour leur capacité à produire une viande goûteuse. En France, un particulier peut abattre une poule sans être soumis à aucune formalité administative du moment que sa consommation est réservée à lui-même et à ses proches, sans échange marchand.

  • les races mixtes, qui combinent des qualités de ponte et de chair, un bon compromis si ces deux objectifs vous intéressent

  • les races couveuses, ayant une bonne aptitude à couver des oeufs et s'occuper des petits, intéressantes si vous souhaitez faire de la reproduction

  • les races ornementales, choisies pour leur aspect esthétique (n'escomptez pas beaucoup d'oeufs ou de chair et un travail de sélection rigoureux doit être assuré si vous cherchez à les reproduire en gardant leurs qualités esthétiques)

Voici quelques races dans chacune de ces catégories :

nègre-soie.jpg
poule sebright blanche.jpg
poule marans.jpg
poule faverolles.jpg
Negre soie
Sebright
Marans
Faverolles
tableau poules.png

Une grande partie des races de poules sont disponibles en taille standard et en taille naine. Les poules naines produisent naturellement des oeufs moins gros et moins de chair mais nécessitent moins de nourriture et d'espace. 

 

En parlant d'espace : quelle est le nombre de mètres carrés minimum par poule ?

C'est sujet à débat mais de mon point de vue pour assurer leur bien-être il faudrait compter 10 m2 par poule de taille standard et 5 m2 par poule naine (pour information, le cahier des charges de l'agriculture biologique oblige à un minimum de 4 m2 en plein air par poule lorsque leur bâtiment est fixe).

Et bonne nouvelle, il est possible d'associer plusieurs races différentes entre elles, la cohabitation se passe sans difficulté particulière.

Astuce n°2 : détourner un objet pour en faire un poulailler

Vous pouvez acheter un poulailler en kit en magasin, en fabriquer un vous-même (à partir de palettes, c'est courant)... ou encore détourner l'usage d'un autre objet !

poulailler_détournement.png
poulailler_détournement_2.png
Astuce n°3 : mettre une litière de copeaux de bois et écorces dans le parcours extérieur

Une réponse efficace à un problème très courant : les poules mettent le sol à nu et par temps de pluie tout le parcours se transforme  en champ de boue ! 

 

Mettez une bonne épaisseur de copeaux de bois et/ou d'écorces (au moins 10 cm) : beaucoup plus esthétique, elle absorbera les pluies et les poules seront contentes d'y gratter pour dénicher des insectes à picorer.

vente-brf-06-bois-rameal-fragmente-paill
Astuce n°4 : leur donner des graines germées 
graines_germées.png

Comme nous, les poules ont besoin de vitamines !

Et lorsqu'elles ont peu d'espace, elles n'ont pas de verdure à manger pour leur en apporter... Vous pouvez donc leur donner régulièrement des graines germées, qui en sont très riches.

Astuce n°5 : cultiver de l'amarante

Peu connue, cette plante rustique peut pousser sur tous les sols du moment qu'elle est en pleine lumière.

Elle produit en été et automne de longues panicules aux couleurs vives, remplies de graines minuscules très riches en protéines (30% de leur masse sèche).

La plante peut être fauchée à la base et être donnée à manger entière aux poules.

amarante.png
Astuce n°6 : avoir une litière compostable avec sous-couche de carton
poulailler_intérieur.jpg

Dans l'abri des poules, mieux vaut mettre une litière sinon les fientes s'accrocheront à l'intérieur et seront bien plus difficiles à enlever.

Mieux vaut utiliser une litière organique, qui pourra être compostée une fois utilisée pour nous donner un compost riche en azote. Exemples :

  • du papier journal (éviter les papiers glacés)

  • des copeaux de lin

  • de la sciure (mieux vaut la prendre dépoussiérée)

Et sous cette litière je vous conseille d'ajouter du carton : vous n'aurez à le changer qu'une fois par mois environ et il vous facilitera grandement le travail de nettoyage de l'abri, empêchant les fientes et la litière de coller à l'intérieur.

Astuce n°7 : protéger le poulailler des vents avec des haies

Les poules détestent être bousculés par des coups de vent et ne sortent pas de leur abri si leur parcours y est exposé.

Or en ville les rues forment des couloirs pour le vent qui s'y accélère : c'est l'effet Venturi.

Donc bien vaut avoir des haies brise-vent, qui auront d'autres fonctions : esthétiques, abris pour la biodiversité, production de fruits... 

 

Penser à implanter des espèces persistantes, gardant leurs feuilles en hiver.

b3e819_296958355c834a258602f2df6f2f1592~
Astuce n°8 : combiner poules et arbustes fruitiers
poules-vergers.jpg

Mettre les poules dans un potager est rarement une bonne idée : elles dépiotent les légumes !

Par contre elles cohabitent mieux avec les arbustes et arbres fruitiers dont elles apprécient l'ombrage. 

 

Elles chipent de temps en temps des fruits mais contribuent à réguler les parasites des fruits en chassant leurs larves et en mangeant les fruits véreux tombés au sol.

Astuce n°9 : utiliser des filets mobiles

Les filets mobiles (électrifiés ou non) sont utiles si vous avez la chance d'avoir un grand jardin ou si vous voulez mutualiser des poules entre plusieurs jardins.

Rapides à installer et démonter ils vous permettront de délimiter le périmètre de l'enclos : en le bougeant régulièrement vous assurerez l'entretien du jardin (désherbage, apport de fientes riches en azote, diminution des populations d'insectes parasites) tout en évitant de mettre le sol à nu.

filet mobile poules.jpg
Astuce n°10 : leur apporter un nid de cendres
cendre pour poules.jpg

Pour faire leur toilette, les poules creusent leurs fameux "nids de poules". Il est possible d'anticiper en leur donnant un contenant plat et large avec de la cendre. Très fine, la cendre de bois est efficace pour les débarrasser de leurs parasites externes. 

Attention à mettre le contenant sous un abri pour que le tout ne se transforme pas en flaque de boue lors des pluies !

On peut aussi remplacer la cendre par du sable fin.

Astuce n°11 : piler des oeufs

Nos pensionnaires à plumes ont besoin de calcium pour leurs oeufs, on peut donc leur apporter des coquilles d'oeufs bien pilées.

Attention à ne pas leur donner de coquilles entières : elles mettront beaucoup de temps à les manger et risquent de prendre la très mauvaise habitude de picorer des oeufs...

Les huîtres pilées sont aussi une bonne solution, qui à l'avantage de leurs apporter plus d'oligo-éléments.

coquilles 2.jpg
Astuce n°12 : faire pousser du thym dans le poulailler
thym_JPG.jpg

Plusieurs études scientifiques l'ont prouvé : si les poules disposent de thym poussant dans leur enclos, elles s'auto-régulent et ne le consomment que lorsqu'elles en ressentent le besoin.

Antiseptique, expectorant, diurétique, le thym a des atouts médicinaux tout à fait pertinents et peut être aussi donné en infusion aux poules par temps froid pour prévenir ou guérir l'encombrement des voies respiratoires.